Menus de configuration dans le panneau d'administration

Lycée Condé

Descriptif de l’Unité Pédagogique pour Elèves Arrivants Allophones

L’école est un lieu déterminant pour l’intégration sociale, culturelle et à terme professionnelle des enfants et des adolescents nouvellement arrivés en France. Leur réussite scolaire liée à la maîtrise de la langue française est un facteur essentiel de cette intégration ; en assurer les meilleures conditions est un devoir de la République et de son école. Au-delà des enseignants qui dispensent dans les classes d’accueil, les premiers enseignements nécessaires à cette intégration, la scolarisation des élèves arrivants allophones concerne l’ensemble des équipes éducatives.

 

L’ACCUEIL

L’accueil des arrivants allophones requiert une attention particulière. Il convient notamment de faciliter la connaissance, pour ces élèves et leur famille, des règles de fonctionnement de l’établissement. On sera particulièrement vigilant, dans les premiers jours, à bien clarifier ce qui concerne les horaires, la demi-pension, les possibilités d’accès à différents services et les fonctions des différents professionnels de l’école ou de l’établissement.

Pour garantir une bonne scolarisation des arrivants, deux principes doivent guider le travail mené :
– faciliter l’adaptation de ces jeunes au système français d’éducation en développant des aides adaptées à leur arrivée ;
– assurer dès que possible l’intégration dans le cursus ordinaire.


L’EVALUATION DES ACQUIS A L’ARRIVEE

Tout élève nouvellement arrivé en France bénéficiera d’une évaluation qui mettra en évidence :
– ses savoir-faire en langue française, pour déterminer s’il est un débutant complet ou s’il maîtrise des éléments du français parlé ou écrit ;
– ses compétences scolaires construites dans sa langue de scolarisation antérieure et son degré de familiarité avec l’écrit scolaire
– ses savoirs d’expérience dans différents domaines, ainsi que ses intérêts, qui peuvent constituer des points d’appui pédagogiques importants.

Cette évaluation sera disponible au secrétariat de l’administration ou chez le professeur responsable de l’UPE2A. Elle se présentera sous la forme d’un document nommé « livret de suivi ».
Il est indispensable en effet de connaître, pour ces élèves, leur degré de familiarisation avec l’écrit quel que soit le système d’écriture et leur degré de maîtrise dans certaines disciplines (mathématiques par exemple…). Les résultats de ces évaluations permettent d’élaborer les réponses pédagogiques les mieux adaptées au profil de chacun d’entre eux. Une certaine souplesse s’impose en matière d’appréciation des années de retard, en regard des compétences mises en jeu et des efforts consentis. Un retard d’un an, voire de deux ans, chez certains élèves ne constitue pas un obstacle dans un cursus de scolarisation longue.

 

L’UPE2A

L’Unité Pédagogique pour Elèves Arrivants Allophones (EAA) dispense un enseignement adapté au niveau des élèves en fonction des évaluations menées à l’arrivée des élèves. Au total, 26 heures d’enseignement de FLS sont dispensés aux élèves de l’UPE2A.

L’effectif global de l’UPE2A est d’une quinzaine d’élèves qui sont pris en charge par un professeur de FLS et une AED pour des fonctions d’assistanat pédagogique

 

L’ENSEIGNEMENT EN UPE2A

L’objectif essentiel est la maîtrise du français envisagé comme langue de scolarisation. À ce titre, les finalités ordinairement retenues dans les démarches d’apprentissage du français langue étrangère ne sont pas celles qui le sont ici, même si un certain nombre de techniques d’apprentissage sont encore utilement transposées. En UPE2A, on adoptera l’approche développée dans la méthodologie du français langue seconde.

Les bulletins et les livrets de compétences adressés aux élèves et aux familles seront ceux en usage dans l’école et l’établissement. On soulignera particulièrement les progrès accomplis et on s’attachera à valider les acquis.

 

SUIVI ET ORIENTATION DES ELEVES ARRIVANTS ALLOPHONES

Le chef d’établissement, les enseignants, les CPE et la Psychologue de l’Education Nationale seront particulièrement attentifs aux situations de ces jeunes au regard des procédures habituelles d’orientation. Ils veilleront en particulier à ce qu’aucune voie ne leur soit fermée sur le seul argument de la maîtrise de la langue française et à ce que les structures spécialisées ne leur soient pas proposées du seul fait de leur passé ou de leur niveau scolaires. Ils aideront en particulier les plus âgés et les moins bien scolarisés antérieurement à définir un projet de formation adapté.

 

© Lycée Condé par VD Communication